Google

L’Union européenne vient de lancer une enquête préliminaire concernant la collecte de données de Google. Le moteur de recherche américain est suspecté de ne pas suivre la loi européenne régissant l’usage des informations personnelles.

Google se trouve dans la ligne de mire du vieux continent

Google a déjà été ciblé plusieurs fois par la Commission européenne et a écopé de plusieurs milliards d’euros d’amendes. Cette fois-ci il n’est pas montré du doigt pour ses méthodes anticoncurrentielles, mais pour sa stratégie de collecte de renseignements. L’agence de presse Reuters déclare que l’examen de l’entreprise se base sur son emploi et la façon dont elle monétise les informations.
Un porte-parole de la Commission européenne à Reuters annonce que l’enquête préliminaire est en cours. Ils ont envoyé des questionnaires à la société américaine pour mettre au clair cette affaire. S’il est prouvé que Google effectue des pratiques inappropriées, il pourrait en résulter une importante contravention.
Durant ses deux dernières années, Google a déjà été attaqué par l’Union européenne notamment pour ses tactiques commerciales, sa politique Android et sa domination publicitaire. Le moteur de recherche a été frappé par 8 milliards d’euros de sanctions.
On remarque que Google n’est pas le seul à être visé par cette analyse. Le ministre de la Justice américaine a déclaré en juillet qu’elle allait se renseigner sur les usages de GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon).

Les données sont le fondement de Google

L’activité commerciale de Google se fonde surtout sur la publicité et la collecte de données. Ces informations sont recueillies via les recherches et les centres d’intérêt des utilisateurs sur Google Search et YouTube. Tous les services qu’offre la société ont une base de renseignements. Les préférences des internautes sur leurs Android et leurs navigations sont toutes enregistrées.
Après la proclamation du RGPD (Règlement général sur la protection des données), des associations européennes ont dénoncé Google. Rappelons que Google a été pénalisé de 50 millions d’euros par la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) en janvier.
La Commission européenne a des doutes quant à l’échange de données que Google effectue avec ses sociétés partenaires. Des questionnaires ont aussi été envoyés à ses entreprises pour élargir l’enquête.
Google nie avoir utilisé les renseignements qu’il a collectés à des fins illégales. Il déclare que ces informations sont exploitées pour « rendre leurs services plus utiles et pour afficher des publicités pertinentes ». Le géant américain affirme qu’il va se soumettre aux indications qui vont résulter de la recherche en cours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.