iPhone 11

Récemment, on a découvert que l’iPhone 11 peut être repéré par Apple même quand les utilisateurs n’autorisent pas la localisation. Ceci est dû à la bande ultra-large, une nouvelle technologie expérimentée par l’entreprise.

Une technologie interdite dans certains pays

Brian Krebs, journaliste américain à The Independent et chercheur en sécurité, a découvert qu’il est impossible de désactiver complètement le GPS de l’iPhone 11. L’appareil envoie toujours l’emplacement vers Apple malgré la désactivation de la localisation. D’après l’entreprise à la pomme croquée, certains services intégrés à iOS ont besoin du GPS.
C’est la nouvelle puce UWB (Ultra Wideband) ou bande ultra-large qui est liée à l’utilisation de la géolocalisation. C’est une technologie de communication à faible portée censée remplacer le Bluetooth. Elle autorise le transfert de données entre 2 appareils compatibles et permet de les situer.
Les utilisateurs de la marque sont un peu sceptiques face à cette récente technologie. Ils se méfient et craignent que la société ne recueille des informations sur leurs smartphones à leur insu.
Ce système n’est pas encore approuvé dans certains pays comme l’Argentine, l’Indonésie et le Paraguay. Il est très peu employé et est soumis aux lois internationales qui l’obligent à être désactivé à certains endroits. Néanmoins, Apple veut l’utiliser pour que l’iPhone puisse localiser des appareils perdus à proximité.

Apple tente de calmer les esprits

Au début, la société américaine s’est contentée de dire que le comportement de son nouvel iPhone était inattendu. Selon elle, les utilisateurs n’ont rien à craindre du côté sécurité. Le 5 décembre dernier, elle s’est expliqué via le site américain TechCrunch spécialisé dans l’actualité des start-up internet. L’entreprise déclare que la bande ultra-large est beaucoup plus rapide et plus précise que le Bluetooth. Ainsi, le partage de fichiers sur AirDrop serait optimisé.
Puisque cette technologie est refusée dans certains pays, Apple devait pouvoir détecter ses appareils pour pouvoir les désactiver dans les zones interdites. La compagnie entame une négociation actuellement pour pouvoir se servir de sa nouvelle technologie n’importe où.
La firme clarifie qu’elle ne collecte pas les données de localisation des utilisateurs et les informations restent dans l’iPhone 11. Will Strafach, expert en sécurité iOS, a tweeté : « Il n’y a aucune preuve que les données de localisation sont envoyées à un serveur distant. ».
Pour rassurer ses utilisateurs, la société déclare qu’elle procèdera à quelques modifications pour régler le problème. Dans sa prochaine mise à jour, elle intègrera une nouvelle fonctionnalité qui va définitivement bloquer la géolocalisation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.