Sur les 10 films les plus téléchargés en 2011, aucun n’était disponible légalement sur le web

Entre la sortie au cinéma d’un film et sa mise en ligne sur les plateformes légales, 36 mois d’attente sont nécessaires en France. Face à l’impossibilité de bénéficier d’une offre légale, les internautes se rabattent sur le téléchargement illégal.

ClavierMain Sur les 10 films les plus téléchargés en 2011, aucun nétait disponible légalement sur le web

Le téléchargement illégal est devenu le revers de la médaille de l’expansion d’internet. Alors que Pierre Lescure redoute une multiplication de cet outrage aux ayant droits avec la TV connectée et que les Etats-Unis ferment peu à peu ces plateformes de liens telles que MegaUpload, Scientific American fait un constat édifiant. Sur les dix films les plus téléchargés illégalement en 2011 sur la toile, aucun d’entre eux n’était présent sur les sites marchands et légaux en ligne.

Aussi bien aux Etats-Unis qu’en France, comme le souligne le Huffington Post, les circuits de distribution de DVD sont trop peu adaptés aux temps modernes du 2.0. Un utilisateur ne veut plus se déplacer et perdre son temps à louer ou acheter un film puisqu’il peut l’avoir directement depuis son ordinateur. Ce nouveau type de comportement implique que lorsque le film n’est pas disponible sur les plateformes légales, l’internaute se rabat sur celles illégales. S’ajoute à cela que les derniers ordinateurs ne sont plus équipés de lecteur CD.

Une offre qui ne correspond pas aux attentes

Le patron de Netflix, loueur de DVD par voie postale ou numérique, expliquait : « Nous prévoyons que le nombre d’adhérents aux DVD va diminuer sans interruption de partout pour toujours ». Plus il sera facile d’obtenir un film en ligne, plus les gens le feront.

Un DVD numérique permet non seulement de le visionner immédiatement après son achat, à condition d’une forte connexion internet, mais également sur toutes les appareils qui l’acceptent : ordinateur, tablette ou téléphone.

En plus de payer quasiment le même prix que celui vendu en magasin, l’internaute n’aura pas les scènes coupées et autres bonus ni le choix multiple des langues qui font le charme de l’achat du boîtier. En France, seul un des dix films était disponible légalement en ligne, il s’agit de Numéro Quatre de D. J. Caruso. L’Hexagone se heurte à une loi, nommée « chronologie des médias », qui empêche la mise à la vente en ligne par abonnement d’un film moins de 36 mois (3 ans) après sa sortie en salles obscures. C’est notamment cette loi qui repousse Netflix à venir s’implanter en France.

Les 10 films les plus téléchargés en 2011 :

  1. Fast Five
  2. Very Bad Trip II
  3. Thor
  4. Source Code
  5. Numéro Quatre
  6. Sucker Punch
  7. 127 heures
  8. Rango
  9. Le discours d’un roi
  10. Harry Potter et les reliques de la mort, 2ème partie

Sources : Scientific America et Le Huffington Post

Inscrivez-vous à la newsletter de Web & Tech

7 réponses à Sur les 10 films les plus téléchargés en 2011, aucun n’était disponible légalement sur le web

  1. Cédric Limousin 23 août 2012 à 12 h 41

    Et aucun film français dans le classement, Nicolas Seydoux n’avait peut-être pas tort en fin de compte. ^^

    Répondre
  2. Renaud Laffont 23 août 2012 à 14 h 51

    Je suis étonné des 36 mois évoqués. 36 semaines?

    Répondre
  3. Jérémie 23 août 2012 à 16 h 19

    N’importe quoi. J’ai payé et téléchargé légalement 127 heures et le discours d’un Roi. Sur iTunes ou ma box SFR (me souviens plus). Votre article est complètement out puisqu’il oublie ces plate-formes.

    Répondre
    • Chrystel Cx 23 août 2012 à 16 h 42

      Sûrement sur iTunes car Apple réussit à passer des accord commerciaux (donc monétaires) avec les distributeurs, ce qui n’est pas le cas pour les autres

      Répondre

Postez un commentaire