Impact Journalism Day : le journalisme responsable est né

web think Impact Journalism Day : le journalisme responsable est né

Après le « responsive design », place au « responsive journalism » ! La plate-forme de conférences du GenSummit, qui se tenait dans le monde entier du 21 au 24 juin 2013, a servi de base de lancement à l’Impact Journalism Day, un évènement inédit, dont le concept fondateur a su fédérer 22 journaux internationaux. Le Monde, partenaire de l’opération, proposait dans son numéro du 24 juin un supplément « solutions ».

journaux SUZ10123130 e1372090246762 Impact Journalism Day : le journalisme responsable est né

DES TITRES DU MONDE ENTIER POUR LE LANCEMENT DU PREMIER IMPACT JOURNALISM DAY

Le 21 juin, à Paris, Sparknews conviait les journalistes au premier Impact Journalism Day. Dans cette immense salle aux boiseries claires flottait un parfum de solennité. La presse a un avenir, clamait-on, dès lors que l’information, comprise comme un service pour la société, saura se tourner pleinement vers l’action.

Partager des solutions, insuffler des initiatives, évoquer des projets… auprès de 50 millions de lecteurs, et ce avec eux. Fabriquer, de manière collaborative et progressive, un journalisme attentif au concret de la vie sociale, autrement dit, aux événements dans le contexte où ils se forment. Co-écrire, dans toutes les langues, pour « changer les choses ». Le journalisme, dans sa démarche même de mise en perspective de faits, n’est-il pas propice au « act local, think global » ? Ce que Sparknews nomme l’Impact Journalism correspond en réalité à une valorisation du contenu de presse, dont la double spécificité est de signaler à l’opinion les difficultés que rencontre la société de son temps, et en même temps, de créer les conditions intellectuelles d’une action éclairée de sa part en relayant les initiatives inspirantes.

Les journaux du monde entier ont souhaité participer au Day organisé par Sparknews. Pour cette 1ère édition, ce sont des journaux implantés de longue date dans leur pays de diffusion qui ont répondu positivement à l’initiative de ce social entrepreneur à l’indéfectible sourire. Signe qu’il s’agissait bien de prendre date. Des titres historiques tels que The Times of India ou La Stampa ont contribué au projet de Boisredon. En France, c’est Didier Pourquery, rédacteur en chef au Monde qui a rejoint l’opération. Outre les 20 articles proposés par Sparknews, chacun des titres partenaires a partagé entre un et trois articles avec les autres rédactions. Une mutualisation inédite qui laisse présager de nouvelles façons de travailler, et qui, en soi, constitue déjà un changement social. L’événement fut par exemple l’occasion pour Natalie Nougayrède, directrice des éditions du journal Le Monde, de réfléchir ouvertement à une offre en langue anglaise.

L’IMPACT JOURNALISM DAY, OU LE JOURNALISME ÉTHIQUE A L’HEURE DU NUMÉRIQUE

Le projet de Christian de Boisredon, fondateur de Sparknews, est porté par un idéal éthique. Et l’éthique, ce n’est rien d’autre que la manière de conduire nos actions. « Inspirer, montrer qu’autre chose est possible, d’autres façons de fonctionner, de penser et d’agir » est l’obsession de ce social entrepreneur de 39 ans. Les médias jouissent d’une influence sans égal dans la formation de l’opinion publique. Or, cette force gagnerait à trouver son point d’impact dans les actions sociales. « Quand les médias alertent le public à propos des injustices et relaient des solutions, ils pratiquent de l’impact journalism » s’animait Christian de Boisredon au début de la conférence du 21 juin.

Un défi original, diront certains. Le retour aux principes du journalisme, rectifiera Christian de Boisredon, fondateur de Sparknews. A juste titre, car, à la différence de toute autre personne employée à compiler des nouvelles, le journaliste a une destination dans la société. Sa tâche consiste à restituer les faits dans le seul objectif de mettre toute personne en situation de juger puis d’agir conformément à son jugement et non d’après une rumeur, une opinion, un récit subjectif ou un propos publicitaire.

Fidèle à cet esprit citoyen, l’impact journalism s’inscrit donc dans un mouvement de retour aux sources et aux principes de la profession. Ce faisant, il pose le journaliste comme une figure indispensable de la vie en société. Une démarche à contre-courant des discours cataclysmiques qui, mâtinés de paraphrases de Hegel , prophétisent la fin du journalisme à l’heure de l’omnipotence de l’internet. Dans la perspective éthique de l’Impact Journalism, le numérique, parce-qu’il accompagne la circulation des idées et des informations, agit tel un tremplin. Si, la presse a un avenir devant elle…à condition qu’elle retrouve ses propres origines !

Inscrivez-vous à la newsletter de Web & Tech

0 réponses à Impact Journalism Day : le journalisme responsable est né

Postez un commentaire