Des pierres de lance vieilles d’un demi million d’années

Les Homo Sapiens et les hommes de Neandertal n’étaient pas les premiers à utiliser des pierres de lance. Leur ancêtre commun le faisait déjà, comme le révèle une étude parue dans Science.

121115 ca6nr pointes lance g Des pierres de lance vieilles dun demi million dannées

 

DES PIERRES DE LANCE REDÉCOUVERTES

Un groupe de chercheurs issus de plusieurs pays a révélé l’existence de pierres de lance datant d’au moins un demi million d’années. C’est un article de la célèbre et réputée revue Science, en date du 16 novembre, qui relate ces travaux. L’équipe réunit des paléontologues de l’Université d’Etat de l’Arizona, aux Etats-Unis, de l’Université de Toronto au Canada, et de l’Université du Cap, en Afrique du Sud, l’endroit où ont été exhumées ces pierres.

Ces artefacts dont il est question avaient été trouvés à la fin des années 70 et au début de la décennie suivante, sur le site de Kathu Pan, en Afrique du Sud. Toutefois, on pensait jusqu’alors qu’il s’agissait de pierres taillées, d’outils ayant servis aux travaux domestiques. De plus, on n’était pas encore parvenu à dater ces pierres.

En 2010, l’équipe de chercheurs à l’origine de l’article de Science a effectué de nouveaux travaux de datation. Première surprise : les artefacts retrouvés sur le site de Kathu Pan datent de 500 000 ans. Il est rare de trouver des objets aussi anciens. Mais l’essentiel est ailleurs. Les scientifiques préhistoriens se sont rendus compte, grâce à une expérience, qu’il s’agissait d’armes, de pointes de lance, et non d’outils comme on le croyait.

UNE RÉVOLUTION DANS LE CALENDRIER PRÉHISTORIQUE

Pour parvenir à cette évidence, les paléontologues ont fabriqué des artefacts similaires à ceux déterrés il y a 30 ans. Ils les ont ensuite lancés sur des antilopes avant de comparer les traces d’impact sur les pointes reconstituées avec celles observées sur les pierres préhistoriques. C’est à ce moment-là qu’ils se sont aperçus que les deux types de traces concordaient. Conclusion : ces pierres que l’on croyait des outils ont en fait servi d’armes, de pointes de lance destinées à la chasse.

« Lorsque la pointe est utilisée comme pointe de lance, il y a beaucoup de dégâts qui apparaissent à extrémité, et des « fractures » de forme distinctive. Les dégâts sur ces anciennes pointes en pierre sont remarquablement semblables à ceux produits avec notre matériel d’expérience calibré, et nous avons démontré qu’ils ne peuvent être facilement créés par d’autres processus » raconte un des auteurs des travaux, Kyle Brown, de l’Université du Cap.

C’est une conclusion révolutionnaire. Ainsi, les hommes maniaient déjà la technique de l’emmanchement il y a 500 000 ans. Jusqu’à présent, l’on croyait que cette technique remontait à 300 000 ans. Si bien que l’ancêtre commun des Homo Sapiens et hommes de Neandertal, l’homo heidelbergensis,  connaissait déjà la technique de l’emmanchement, consistant à fixer une pointe sur une hampe ou une lance, et la pratique de la chasse au lancer.

« Bien que les Néandertaliens et les Homo Sapiens utilisaient des pointes de lance en pierre, cette découverte est la première indication que cette technologie remonte à la période où ces deux espèces ont divergé. Cette découverte bouleverse notre compréhension des adaptations des premiers ancêtres de l’homme moderne avant même l’émergence de ce dernier. Il semblerait que les traits que nous attribuions à l’homme moderne et à ses plus proches cousins éteints remontent plus loin dans notre lignée » conclut Jayne Wilkins, de l’Université de Toronto, et co-rédactrice de l’article.

Décidément, on a encore beaucoup à apprendre de cette période encore très mal connue : la Préhistoire.

Inscrivez-vous à la newsletter de Web & Tech

6 réponses à Des pierres de lance vieilles d’un demi million d’années

  1. dalton 18 novembre 2012 à 9 h 38

    demandez moi bordel, 10 ans que je le dis!!! et ils sont payés pour ces recherches?

    Répondre
  2. magdalenienne 18 novembre 2012 à 10 h 04

    Par pitié, merci de mieux sélectionner vos stagiaires rédacteurs. J’ai rarement lu un article aussi mal écrit. C’est assez pénible.
    La préhistoire n’est pas une « période mal connue » mais une succession de nombreuses périodes dont on sait au contraire pas mal de choses.
    Ensuite « un groupe de chercheurs issus de plusieurs pays »… Mais encore ? Être précis : c’est ça le journalisme. Et je ne cite que cet exemple.
    Pour finir, on ne parle pas de « pierre » en préhistoire mais de matériel lithique ou d’ industrie lithique, non plus « d’expérience » mais d’expérimentation.
    Et puis oui… Les pointes lithiques de jet sont bien taillées, elles aussi. Même s’il ne connaît rien au sujet, le journaliste doit créer l’illusion qu’il sait se quoi il parle.

    Répondre
    • Jordane Feuillet 18 novembre 2012 à 11 h 44

      Nous ne sommes pas un site spécialisé dans les thématiques scientifiques, ce qui explique peut-être parfois le manque de précision de nos articles « Science ». Encore que je vous trouve assez sévère : la préhistoire reste une période historique assez mal connue, où les hypothèses sont encore plus grandes que les vérités. On ne connaît déjà pas encore très bien les secrets de l’époque mycénienne, alors la préhistoire…Même si les découvertes archéologiques sont nombreuses et variées, les modèles ne cessent d’évoluer avec elles. Je ne suis pas sans savoir du reste que « la Préhistoire » est un mot assez grossier qui regroupe plusieurs séquences de temps assez différentes.

      Pour le groupe de chercheurs issus de plusieurs pays, je précise les choses plus bas dans le paragraphe. Je conviens avec vous que l’expression était assez mal tournée, j’aurais tout aussi bien pu dire, plus heureusement et plus sobrement : un groupe de chercheurs international. La volonté de varier l’expression mène souvent à des dérives syntaxiques et sémantiques un peu dommageables.

      Pour les « pierres », oui… Vous me faites penser à tous ces chercheurs de fantômes qui corrigent dès qu’on leur dit « fantôme » : non, il ne s’agit que d’ « entités ».

      Quant aux pointes lithiques, bien sûr qu’elles sont également taillées, mais c’est tellement évident qu’il est bien inutile de le préciser. Il ne pousse pas des pointes de pierres (ou lithiques, ça fait mieux) dans la Nature, la plupart du temps, que je sache.

      Répondre
      • cluz 18 novembre 2012 à 12 h 33

        vous avez raison,se gargariser de grands mots pseudo scientifiques comme « lithique » ne sert pas à grand chose,et ça veut tout simplement dire pierre..

        Répondre
  3. jean rachid 18 novembre 2012 à 10 h 14

    rien de bien interessant

    Répondre
  4. néandertal 18 novembre 2012 à 10 h 52

    zavé k acheter « science » tout y est…

    Répondre

Postez un commentaire