IBM

IBM Research vient d’élaborer une batterie dépourvue de nickel et de cobalt. Les membres de l’équipe de recherche ont déclaré qu’ils ont utilisé de nouveaux matériaux pour leur conception.

Une batterie de petite taille avec plus de performance

Même si cette nouvelle batterie est encore en phase expérimentale, IBM énonce déjà de nombreux avantages. Au lieu des simples métaux lourds, la société mise sur des matériaux directement extraits de l’eau de mer. Le coût de fabrication est largement réduit par rapport à celui des accumulateurs lithium-ion classiques et elle mesure à peine 1,5 mm d’épaisseur.
La menace d’incendie est minime grâce à l’association de la cathode avec l’électrolyte liquide. Cette technologie évite la formation de dendrites de l’anode en lithium qui est l’un des facteurs de risques majeurs d’une inflammation.
Le temps de recharge est très restreint, on compte 5 minutes pour atteindre 80 % de charge. Elle est capable de stocker 800 Wh/L et peut débiter une puissance qui dépasse 10 000 W/L. On pourra utiliser des batteries plus petites pour alimenter des matériels qui consomment beaucoup d’énergie. Son efficacité énergétique surpasse les 90 %, ce qui veut dire qu’elle restaure l’énergie emmagasinée avec très peu de perte.

Une batterie capable de refroidir un processeur

Cette batterie à flux redox miniaturisée a été conçue par la collaboration entre IBM Research et l’École polytechnique fédérale de Zurich. Non seulement elle peut alimenter un processeur, mais elle peut aussi le refroidir grâce à ses électrolytes liquides. Ce dispositif révolutionne l’industrie de l’informatique, car on peut s’en servir pour créer des puces électroniques encore plus performantes et bien d’autres.
Chez ce type de batterie, l’électricité est produite par une réaction électrochimique. On retrouve deux électrolytes liquides chargés avec des ions métalliques qui traversent deux électrodes. Ces dernières sont prises dans un feutre poreux et sont isolées par une membrane qui laisse diffuser les protons. Deux circuits fermés externes subviennent à l’alimentation des électrolytes.
Les chercheurs ont mis au point un système de microcanal en forme de coing. Ce mécanisme optimise la circulation de l’électrolyte liquide à travers l’électrode poreuse. Le prototype qu’ils ont créé dégage 1,4 watt par cm2. Même si l’on soustrait l’énergie nécessaire aux circuits de pompage des électrolytes, il reste 1 watt par cm2. Vu les résultats qu’ils ont obtenus, ils ont l’intention de montée des processeurs en chaîne les uns sur les autres. Ils vont placer des microbatteries entre eux pour les alimenter et les refroidir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.