robots de tri de dechets

Le X Lab, filiale d’Alphabet qui est la maison mère de Google, travaille actuellement sur le projet « Everyday Robot ». Son but est de mettre au point un robot capable de trier les déchets.

Des robots ménagers en devenir

Sur son blog, X Lab a exposé son aspiration à développer un robot dont la tâche serait le triage de déchets. Il a rappelé dans sa publication que dans les années 60 et 70, seuls les techniciens avaient accès aux ordinateurs. Actuellement, il ambitionne de faire des robots des appareils incontournables comme les smartphones.
Google a déjà investi depuis plusieurs années dans des programmes visant à avancer le domaine de la robotique. La plateforme de recherche veut soumettre des robots indispensables au quotidien. Son dernier placement se trouve être des robots spécialisés dans le tri des déchets.
L’entreprise a fait remarquer qu’avec un tri manuel, à peu près 20 % de ces poubelles renfermaient des éléments mal classifiés. La filiale d’Alphabet a donc fait un test avec les robots et a constaté qu’il n’y avait que 5 % d’erreurs avec eux.

Un entraînement automatique

X Lab a eu recours à un IA (intelligence artificielle) pour l’apprentissage automatique de ses robots ou « machine learning ». La firme a évité d’utiliser la programmation qui nécessite un temps considérable et ne permet pas aux robots de s’adapter aux situations. Elle collabore avec l’équipe de Google AI pour développer ses nouveaux appareils.
Pour hâter la formation, X Lab a conçu des robots virtuels œuvrant dans un espace virtuel. Des milliers de ces robots procèdent à des tris de déchets virtuels chaque nuit. Les compétences qu’ils ont acquises vont être léguées à de vrais robots qui vont eux aussi continuer l’apprentissage. Les connaissances qu’ils se seront procurées vont être prodiguées avec encore plus de robots et ainsi de suite. Au lieu de la programmation manuelle, l’instruction devient la base.
Vu l’efficacité de cette méthode, les scientifiques ont démontré que les robots peuvent s’éduquer eux-mêmes. Les chercheurs attendent de constater si les expériences obtenues peuvent être transmises à d’autres fonctions. Ils espèrent qu’ils n’auront pas à remplacer complètement le robot ni à réécrire une partie de la programmation.
Il y a des échos concernant le design de ce robot. Il aurait un corps allongé disposé sur des roues et avec un bras armé d’une pince et une tête équipée d’une caméra.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.