Pourquoi le papier n’a pas (encore) disparu ?

Des écrans, du tactile, de la 3D, de l’automatique, des hologrammes… En 1960, on pensait qu’en 2000 il y aurait des voitures volantes. Aujourd’hui, on pense qu’en 2030, on vivra dans un monde où tout est plus simple, grâce aux nouvelles technologies. Comme dans Wall-e, mais en mieux car en plus, on ne sera pas gros !

voiture volante 5ème élément1 Pourquoi le papier n’a pas (encore) disparu ?

Et les voitures volantes, à part dans Le 5ème élémént, on les attend toujours ! Des vidéos du futur, il y en a : musique et lumière diffuses pour bien se réveiller, petit déjeuner qui se prépare tout seul 10 minutes après le réveil, douche qui chauffe automatiquement dès l’entrée dans la salle de bain, robot qui ramasse votre serviette mouillée, ordinateur qui vous rappelle votre agenda de la journée, simulation de vêtements sur vous et conseils de mode dans le dressing…

1984 Pourquoi le papier n’a pas (encore) disparu ?Et pourtant, le papier existe toujours ! Les journaux, les affiches (print), les imprimantes, aux toilettes, en post-it, que ce soit dans l’entreprise, à l’école  ou à la maison, les stylos n’ont pas fini de faire parler d’eux ! Peut-être tout simplement pour le contact. Parce que nous sommes toujours des êtres humains, nous avons besoin de sensations, de toucher, de sentir. Comme quand on ouvre un vieux livre. Il y a une odeur, une sensation, un bruit. Du vrai, de l’authentique. Très à la mode, ça, le rétro et l’authentique ! Et finalement, George Orwell l’avait compris dans 1984 : c’est précisément cette sensation qui est décrite lorsque Winston, le protagoniste, retrouve dans un magasin illégal de vieux objets comme une boule à neige ou un coquillage…

Et si le plus pertinent était de s’interroger sur notre rapport à l’écran ? En effet, l’écran est indispensable dans nos vies, que ce soit professionnel ou personnel, nous en sommes entourés. Et pourtant, des études ont révélé que lorsque l’on écrit, il y a un moment-clef : celui du passage du papier au clavier. Il existe une tendance à d’abord écrire, stylo en main, pour ensuite passer au clavier et à l’écran et durant ce processus, l’écrit change, il se modifie, même dans la tête de son auteur. Il peut gagner en clarté, en rigueur, en organisation. Les deux supports sont donc ici complémentaires, puisqu’il y a le sentiment d’une nécessité d’écrire sur papier, pour mettre en ordre ses idées. Cependant, un réel paradoxe existe dans « l’écrit d’écran » (Emmanuel Souchier) : l’objet écran est fermé et formaté par les CMS et les codes tandis que l’imaginaire qui y est lié est infini (on ne s’imagine pas de frontière à ce que peuvent proposer les fenêtres sur nos écrans).

Pour conclure, l’écran est donc un nouveau lieu de pouvoir de l’écriture et de la communication, mais il ne peut l’être seul. L’une des preuves de cette interdépendance entre papier et numérique réside dans le QR code.  Pourquoi croyez-vous qu’on parle de « page » web ?

Le papier n’a pas encore disparu, même si les communautés de geeks et d’écolos sont de plus en plus importantes et militent. Simplement parce qu’il faut beaucoup de temps aux humains pour évoluer. Il a fallu des milliers d’années pour passer de l’oralité à l’écrit et il en faudra encore des centaines pour remplacer nos affiches du métro en hologrammes animés. Nous sommes en transition. La Poste l’a bien compris, elle s’est reconvertie !

Se diversifier, utiliser l’écran et les claviers, mais aussi les crayons et le papier. Une nécessité, encore aujourd’hui, mais qui sait ? Demain peut-être, une utopie…

Inscrivez-vous à la newsletter de Web & Tech

7 réponses à Pourquoi le papier n’a pas (encore) disparu ?

  1. Maximebee 21 mars 2012 à 16 h 02

    L’article est intelligent !  Autres témoins de la transition, les e-books… En attendant quelques centaines d’années comme tu dis, le papier et le numérique resteront complémentaires, mais il y a bien un moment où il sera complétement obsolète, mais malheureusement( ou pas…), on sera plus là pour le voir !

    Répondre
    • Vaelentin 21 mars 2012 à 17 h 00

      De mon côté, je retrouve l’organisation de mes idées sur papier en utilisant une application de prise de note manuscrite sur mon iPad comme Penultimate. Après, l’odeur du papier n’y est pas… on est d’accord ;)

      Répondre
      • Maximebee 21 mars 2012 à 17 h 06

         Moi si j’avais de quoi m’acheter un Ipad, je pense que l’odeur du papier j’en aurait un peu rien à faire ! :)

        Répondre
        • Vaelentin 21 mars 2012 à 17 h 10

          Et au pire, tu achètes une nouvelle Smart Cover qui synthétise l’odeur du papier. 

          Répondre
    • Sarah Perrier 22 mars 2012 à 14 h 06

      Oui les e-books… Un sujet pour un prochain article ? J’étais plutôt partie sur l’aspect écriture puisque je me basais sur une réflexion dans un contexte entrepreneurial (dans lequel on produit plus qu’on ne lit) mais la lecture aussi, ça m’intéresse !

      Répondre
    • Rocheclair 28 avril 2012 à 12 h 19

       Et parler pour ne rien dire  ou alors des platitudes navrantes risque également, à voir cet article ou ces commentaires de gens censés être jeunes, de rester une activité pratiquée par le plus grand nombre.

      Répondre
      • Vaelentin 2 mai 2012 à 15 h 32

        C’est quoi cette idée d’aller sur un article vieux d’un mois pour insulter… non pas l’article mais les autres commentateurs ? Au vu de votre ton… vous êtes censés être plus vieux et sage… et donc avoir compris qu’il ne fallait pas perdre son temps avec des broutilles ;)

        Répondre

Postez un commentaire