Permis à points de bonne et mauvaise conduite sur le web Chinois

Weibo est l’équivalent de Twitter et Facebook sur la toile chinoise, les deux précédents réseaux sociaux ne sont pas libres d’accès, bloqués par le gouvernement en Chine. Pour parer à toute révolte, les internautes sont désormais affublés d’un permis à points.

Clavier Chinois Permis à points de bonne et mauvaise conduite sur le web Chinois

Weibo, 300 millions d’utilisateurs et des stars

D’un côté, les 关注 (guān zhù) qui représentent les followings de Twitter. On peut les traduire par « intérêts ». De l’autre côté, les 粉丝 (fěnsī) traduits par fans qui sont les followers de Twitter. Il est donc possible de s’abonner à des comptes comme d’être suivi par d’autres à l’image de Twitter.

Les comptes les plus populaires de Weibo sont ceux de chanteurs, acteurs et présentateurs du show-biz chinois avec plus de 20 millions de fans pour un dizaine d’entre eux. On n’est pas loin des 24 millions de followers pour Lady Gaga.

Pour citer un compte, on utilise @nom et pour un sujet #sujet# (contre #sujet sur Twitter). Les liens sont raccourcis pour obtenir des messages de moins de 140 caractères. Retracer son parcours scolaire et professionnel, indiquer ses goûts est également possible à l’image de Facebook.

Weibo compterait plus de 300 millions d’utilisateurs, soit un habitant sur quatre. Chaque inscription doit se faire sous un nom réel.

Sina Weibo Permis à points de bonne et mauvaise conduite sur le web Chinois

Le logo de Weibo

80 points pour ne pas « répandre des rumeurs »

Le net se développe en Chine et est devenu un recours à la censure chinoise. Photos de manifestations, lieux de rendez-vous et messages anti-gouvernements sont désormais diffusés sur Weibo. Pour parer à cette « expansion des rumeurs« , le réseau social a modifié ses conditions d’utilisation lundi 28 mai.

Chaque utilisateur s’est vu attribuer un permis de 80 points. A l’image du papier rose français, une mauvaise conduite entraînera la perte des points. Une fois à 0 point, le compte sera supprimé. Deux mois sans faux pas et le permis retrouvera son solde initial.

Pour Weibo, mal se comporter envers le réseau sera de l’ordre de « répandre des rumeurs« , « porter atteinte à l’ordre public » ou même révéler « des secrets de la nation« . Bref, « s’opposer aux principes de bases de la constitution chinoise » ou « trahir l’honneur chinois » comme l’explique la BBC.

Au contraire, si l’utilisateur agit en faveur du gouvernement en le soutenant ou grâce à des « activités promotionnelles » qui pour l’instant restent inconnues, le permis pourra atteindre un maximum de 100 points.

Des principes flous, comme ils le sont régulièrement dans ce pays. Une seule interdiction précise : « appeler à des protestations illégales ou à des rassemblements de masse« .

Egalement sur le web :
BBC.com : China’s Weibo microblog introduces user contracts
The Next Web.com : Sina Weibo to introduce ‘user contract’ on May 28 as China’s microblog crackdown continues [Updated]
Sina Weibo
Inscrivez-vous à la newsletter de Web & Tech

0 réponses à Permis à points de bonne et mauvaise conduite sur le web Chinois

Postez un commentaire