Les Anonymous publient des listes internet de pédophiles présumés

Les Anonymous, groupe d’hackers et activistes mondiaux, dénoncent aujourd’hui les sites de pornographie infantile et leurs utilisateurs. Plus de 500 noms, adresses mail et IP sont ainsi consultables sur le net avec certaines basées en Belgique.

Les hacktivistes ont mis en ligne quatre listes (1, 2, 3 et 4) de plusieurs centaines d’adresses IP liées à une adresse mail. Pour certains, l’adresse postale et le numéro de téléphone sont également indiqués ainsi que des bios personnelles laissées lors de l’inscription sur ces sites pédo pornographiques. On peut par exemple lire : « Je suis un véritable amoureux des (très) jeunes garçons, par conséquent je suis la plupart du temps seul par peur des ennuis. Aussi, l’amour c’est du respect ».

I am a real lover of (very) young boys. so I am Mostly lonely because of fear for trouble.
Also love is respect.

Dans leur vidéo, les Anonymous appellent à interpeller les gouvernements pour qu’ils condamment ceux qui mettent en ligne et consultent du contenu pornographique. D’après la RTBF des adresses belges sont présentes sur ces listes. Cette opération nommée « PedoChat » a également son hashtag Twitter #OpPedoChat pour mieux suivre le fil des évènements.

Ce n’est pas la première fois que les Anonymous cible ce genre d’individus sur la toile. En octobre 2011, ils avaient publié plus de 1 500 noms issus de 85 sites lors de l’opération Darknet (#OpDarknet).

Les Anonymous ont également hacké et fermé ces sites après la publication aujourd’hui de ces listes de pédophiles présumés. Cependant, cet après-midi, la plupart de ces plateformes étaient de nouveau en ligne.

OpPedoChat Les Anonymous publient des listes internet de pédophiles présumés

Voir aussi :

Anonymous s’implique au Québec

Anonymous : à l’assaut du web chinois

Inscrivez-vous à la newsletter de Web & Tech

Une réponse à Les Anonymous publient des listes internet de pédophiles présumés

  1. Abel 12 juillet 2012 à 10 h 05

    Jeter à la vindicte populaire des personnes dérangées ne me semble pas être une conception reluisante de justice et de liberté. Les listes auraient dû être adressées directement aux services de police et judiciaire. Mais bon, ça fait plaisir à Madame Michu, alors que quand ceux-ci font quelque chose de vraiment légitime comme trouver des informations sales sur des sociétés inhumaines, curieusement ce sont des « méchants hackers » (synonyme)

    Répondre

Postez un commentaire