« J’ai travaillé pour un site porno »

Manon a 21 ans révolus, elle étudie dans une grande école parisienne où elle a l’obligation d’effectuer des stages en cours d’années. Elle n’aurait pourtant jamais imaginé qu’un jour elle serait amenée à travailler quelques semaines pour un site pornographique. Interview de l’intérieur.

pin up Jai travaillé pour un site porno

D’abord, comment t’es tu retrouvée sur ce genre de site ?

J’avais trouvé un stage dans une boîte spécialisée dans la monétisation d’audience, c’est à dire qu’elle gérait le côté marketing de divers sites internet. La relation que j’avais avec mon patron était tendue, on ne s’entendait pas, et il m’a proposé de devenir stagiaire pour un des sites qu’il gérait. Un site porno.

Tu as donc acceptée.

Oui. Il m’a quand même demandé si psychologiquement j’étais prête, et je lui ai répondu que oui.

Ton école était au courant ?

Non, surtout pas ! On s’est arrangé comme ça avec mon patron, il m’a validé mon stage et on ne se voyait plus.

C’était sur Youporn ?

Pas du tout. Je ne citerai pas le nom de la boîte mais tout ce que je peux dire, c’est que ce site était le leader français et européen du porno il y a dix ans. Au début le concept était gratuit, puis le gérant a voulu passer en formule payante. Il s’est logiquement fait dépasser par des sites comme Youporn qui fournissaient du contenu gratuit. A l’époque où j’y étais, le site venait de redevenir gratuit et essayait de retrouver de la visibilité.

Quels sont les critères requis pour ce boulot ?

Parler anglais. Ecrire sans fautes. Et surtout ne pas être buté d’esprit. Ah, et il faut quand même connaître un peu les pratiques et les actrices.

Raconte un peu en quoi consistait ton travail.

Mon rôle principal, c’était de nommer les vidéos et de les classer dans des rubriques style « asiatique », « fist » ou « lesbienne ». J’écrivais aussi de courts résumés du teasing. Parce qu’en fait, le site ne propose que des bandes annonces améliorées du film.

Après, il faut payer pour voir le contenu intégral. Donc je devais résumer en étant le plus trash possible, du genre « Grosse chienne en chaleur prise en levrette ». Etre trash, c’est le plus important car ceux qui regardent ces vidéos sont trash, et ils veulent du trash. La subtilité, il s’en foutent.

Tu n’en avais pas marre de voir du porno à longueur de journées ?

Forcément. Quand t’as vu 70 teasing dans la journée, t’en peux plus. Mais on s’occupait. Quand on avait un peu de temps libre, on s’amusait à se connecter sur les liveshows et à regarder les discussions. C’était drôle. Voir un mec qui dit « Oh mon bébé » à une fille à poil de l’autre côté de l’écran, c’est hilarant.

Vous étiez combien à travailler sur ce site ?

On était quatre et j’étais la seule fille.

L’ambiance n’était jamais pesante ?

Franchement, non. En plus, les locaux étaient cool, style open space, pas du tout le genre d’ambiance tamisée qu’on imagine. Et au bout d’un moment, tu oublies que tu bosses dans le porno et tu te contente juste de faire ton travail. Au début j’étais gênée, j’avais tout juste 18 ans, j’étais toute jeune. Mes collègues m’ont mis en confiance et m’ont fait comprendre qu’on est juste là pour permettre au site de faire beaucoup de trafic.

Et donc niveau trafic ?

C’est un truc de dingue. Il y a des centaines de milliers de visites par jour. Je me souviens d’une vidéo que j’avais postée et qui 24 h plus tard en était à 23 000 visionnages.

Et donc niveau fric ?

De toute façon, le porno et le sexe tout simplement, c’est ce qui génère le plus d’argent. Le patron de la boîte, je peux te dire qu’il était millionnaire.

Il t’es arrivé de tomber sur du contenu disons… qui craint ?

Oh non, si t’as vu 30 vidéos, tu as vu tout ce qui est imaginable.

Des anecdotes ?

Pas vraiment. Ah, si, parfois on recevait des coups de fil de femmes qui nous demandaient pourquoi il y avait un débit à notre adresse dans les relevés de compte. Certains maris ont du se faire choper. Mais à mon avis, ce sont surtout des adolescents qui piquent la carte de leurs parents… Et une autre chose aussi. J’ai dû voir plus de 1 000 vidéos et ce sont toujours les mêmes acteurs. Il y en a trois ou quatre qui tournent dans tous les films. Ils doivent se faire plaisir !

Inscrivez-vous à la newsletter de Web & Tech

16 réponses à « J’ai travaillé pour un site porno »

  1. Maximebee 5 avril 2012 à 16 h 06

    Un peu glauque peut être, mais pourquoi pas… J’ai même vu récemment sur  le site jobetudiant une annonce pour faire un stage sur un site porno pareil. 

    Répondre
    • Vaelentin 5 avril 2012 à 16 h 48

      Je suis certain que tu peux avoir une excellente ambiance dans l’équipe d’un site porno… je connais des lieux de travail « traditionnel » plus glauque que celui là !

      Répondre
    • Romain Challand 5 avril 2012 à 17 h 11

       La personne interviewée a trouvée ça plutôt cool en tout cas

      Répondre
  2. Goulamas 23 juillet 2012 à 11 h 04

    Je me retrouve un peu dans cet interview car j’ai travaillé pendant quelques mois dans une grosse plateforme d’affiliation porno et c’est vrai qu’au début c’est marrant mais à force ça devient un métier comme un autre, on s’y habitue.

    Par contre je n’ai pas du tout aimé l’ambiance avec les collègues car c’étaient des personnes qui ne parlaient et ne pensaient qu’à l’argent 24h/24. Impossible d’avoir une conversation différente donc l’ambiance était assez pesante.

    Répondre
    • Romain Challand 23 juillet 2012 à 14 h 42

      C’est clair que tout tourne autour de l’argent dans ce domaine. Mais peut-être est-ce pour se détacher du sujet porno qui est traité à longueur de journée ? En tout cas, la personne interviewée en a vite eue marre aussi :-)

      Répondre
  3. pieton 23 janvier 2013 à 20 h 33

    Elle parait vraiment bidon cette interview. C’est bon pour les neuneus sans flaire.

    Répondre
    • stepf 13 février 2013 à 15 h 10

      Neuneu c’est le bon terme

      Répondre
  4. stepf 13 février 2013 à 15 h 09

    Cela ressemble a du spam, de la pub enfin c’est un peu trop cliché

    Répondre
    • Redaction 13 février 2013 à 16 h 28

      Et non, ça n’est pas de la pub ; d’ailleurs si vous regardez bien, on ne parle d’aucun site en particulier et il n’y a aucun lien publicitaire dans l’article !

      Répondre
  5. Fifou 27 mai 2013 à 11 h 27

    hello! je pense qu’ils ou elles voulaient dirent aseptisée et édulcorée en parlant de l’interview

    Répondre
  6. p.vlane 25 septembre 2013 à 20 h 55

    attention GMX = mouchard

    Répondre
  7. perso 23 octobre 2013 à 13 h 58

    Orange, Bouygues, SFR et l’amérique nazi.
    C’est pas demain que je vais changé mon téléphone, avec tous les mouchards qui y a.

    Répondre
  8. La pro 12 août 2014 à 17 h 16

    Difficile à caser dans le cv ce genre d’expérience :p

    Répondre
  9. Joseph 8 octobre 2014 à 13 h 02

    C’est clair que Jebande.com sur un CV des barres!

    Répondre
  10. PBay 18 octobre 2014 à 23 h 53

    Ouais, moi aussi j’ai travaillé pour un site de boule pendant 7 années. Ce qu’il faut retenir c’est que même si l’on travaille dans le secteur du divertissement pour adulte – c’est comme ça qu’il faut le cataloguer – j’étais quand même dans un environnent de travail, et comme n’importe quelle entreprise. Voir des photos et des vidéos toute la journée ne me dérangeait pas plus que cela, il faut juste savoir prendre du recul arrivé a la maison et arriver a se déconnecter de tout cela. Ce sont de entreprises comme toutes les autres.

    Répondre
  11. eloge 23 octobre 2014 à 19 h 51

    J’ai envi de travaillé pour un site porno comment fait svp voici mon mail. Elogediesel34@gmail.com. merci

    Répondre

Postez un commentaire