Facewatch où comment arrêter les émeutiers anglais grâce aux crowdsourcing

Après les émeutes de Londres de l’été dernier, une application mobile est désormais disponible en Angleterre pour identifier et dénoncer les émeutiers. Les voleurs de TV LED, qui échappent toujours à la justice, seront épiés sans relâche par… FACEWATCH.

émeute londres Facewatch où comment arrêter les émeutiers anglais grâce aux crowdsourcing

Le site Facewatch s’inspire directement du crowdsourcing. Lancé à la fin de l’année 2010, il est maintenant disponible sur smartphone depuis le mois d’avril. Fonctionnant avec un logiciel de reconnaissance faciale, elle contiendra 2 880 photos prises par les caméras de surveillance qui pourront être consultées à partir d’un téléphone mobile. Si un Londonien reconnaît l’une des personnes en photo sur son smartphone, l’application lui permet d’envoyer le nom et l’adresse du suspect directement à la police. Après une invasion de caméras de surveillance à Londres, la Metropolitan Police espère identifier les milliers de personnes impliquées dans les émeutes de l’été dernier et qui sont toujours recherchées par la justice britannique.

Facewatch from Facewatch on Vimeo.

120626 facewatch 2 Facewatch où comment arrêter les émeutiers anglais grâce aux crowdsourcingBasée sur le crowdsourcing, l’idée vient de Simon Gordon, propriétaire d’un bar à vin à Londres régulièrement victime de vandalisme. Il décide alors de proposer son aide à la Metropolitan Police. Le terme crowdsourcing désigne la méthode de recueil de l’information qui consiste à faire appel aux internautes pour l’enrichir. Cette méthode est souvent utilisée pour contourner les lois, comme par exemple Coyote, le détecteur de radars. En revanche, dans le cas de Facewatch, la justice britannique a su que c’était un filon à exploiter : elle a compris tout l’intérêt de cette méthode pouvant se révéler bien utile dans le cadre d’enquêtes policières.

On est complètement dans du crowdsourcing. La police va chercher des gens qu’elle ne connaît pas – et qu’elle ne connaîtra jamais – pour obtenir une information structurée qui va servir dans un but précis, ici diminuer la criminalité et lutter contre le crime.”

Le crowdsourcing, c’est de bonne guerre

machete2 1024x414 Facewatch où comment arrêter les émeutiers anglais grâce aux crowdsourcing

Aux Etat-Unis, le crowdsourcing est également très utilisé par les autorités. Depuis 2008, le Texas Virtual Border Watch Program propose ainsi à des citoyens de surveiller la frontière américano-mexicaine afin de participer à la lutte contre l’immigration clandestine et le trafic de cocaïne et marijuana. N’importe quel « redneck » texan peut se connecter sur le site Blueservo.net et observer via l’écran de son ordinateur, la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, grâce à une douzaine de caméras installées tout le long. En fait, n’importe qui peut se connecter. Si vous avez envie de balancer du mexicain tentant le rêve américain, vous n’avez qu’à vous connecter sur le site et attendre.

Autre initiative plus noble cette fois, d’après le site internet des Inrocks, « le compte Twitter de la police de Seattle appelle depuis décembre 2010 ses followers à l’aide pour retrouver des voitures volées. Ce compte officiel twitte ainsi régulièrement l’immatriculation des véhicules disparus, et invite ses abonnés à avertir la police si jamais ces derniers repèrent le véhicule en question. L’initiative aurait permis de faire diminuer le nombre de vols de voitures dans la ville. »

En France, le crowdsourcing fonctionne plutôt dans l’autre sens. En effet, quelques applications ont suscité la polémique. On se souvient par exemple de Pervenche, qui permettait de géolocaliser les agents de contravention dans toutes les grandes villes. A chaque fois qu’un utilisateur apercevait un groupe de pervenches, il signalait aussitôt leur présence sur l’application. Automatiquement géocalisé par son smartphone, les autres utilisateurs savaient exactement dans quelle rue ils pouvaient se garer sans risque. Dans le même registre, on avait aperçu la sortie d’une application similaire, mais ce coup ci, pour avertir de la présence de contrôleurs de la RATP dans les différentes gares parisiennes…

stop pervenche Facewatch où comment arrêter les émeutiers anglais grâce aux crowdsourcing

Source : Les Inrocks – Facewatch, une appli mobile pour traquer les émeutiers de Londres

Inscrivez-vous à la newsletter de Web & Tech

0 réponses à Facewatch où comment arrêter les émeutiers anglais grâce aux crowdsourcing

Postez un commentaire