Anonymous n’est qu’un écran de fumée

contre courant Anonymous nest quun écran de fumée

Contre-Courant. Toute ressemblance avec de la mauvaise foi caractérisée est fortuite. Cette chronique est tout simplement à Contre-Courant.

A priori, j’aime l’idée qu’une bande de hackers lutte contre l’asservissement de l’Internet par des net-entreprises peu scrupuleuses des libertés individuelles.

Anonymous pourrait presque être une agence de publicitaires repentis tant chacune de leur action est médiatisée, suivie et souvent fantasmée par des centaines d’internautes. Des défenseurs des idées des Lumières à l’heure du web 2.0 qui  militent pour l’Internet libre derrière un clavier avec masque de Guy Fawkes. En suivant l’actualité de cette organisation tentaculaire, sans visage et touche-à-tout, j’ai fini par me demander si derrière le battage médiatique, le blocage momentané de sites et le masque diaphane, Anonymous avait véritablement contribué à maintenir la liberté d’Internet.

anonymous Anonymous nest quun écran de fumée

La Menace Fantôme ?

Tous les membres étaient sur le front pour l’affaire SOPA-PIPA, dossier particulièrement épineux en matière d’Internet aux Etats-Unis. SOPA et PIPA sont deux propositions de loi pour réguler la violation des droits d’auteurs. Conscient de notre propension à nous rendre compte de la valeur des choses une fois qu’on en n’est dépossédé, je suivais presque heure par heure ce que nos justiciers intangibles allaient faire pour sauver la veuve, l’orphelin et Megaupload. Oui, car c’était comme un membre de la famille que l’on m’avait brusquement arraché. Dans ce moment de désarroi, je pensais que les chevaliers du bien ramèneraient au bercail la chair de ma chair. Et le pire c’est qu’au début, j’ai bien cru revoir intacte sa douce frimousse.

Anonymous lance l’opération Blackout et MegaUpload, multiplie les attaques sur les serveurs du FBI, du site justice.gouv, poste vidéo sur vidéo pour annoncer des représailles, et annonce même que « la cyber-guerre a commencé ». Trois mois plus tard, la home de MegaUpload est toujours marquée du sceau de la justice américaine : un aigle fier qui a remis ses serres griffues sur tout son réseau web et qui nargue de sa hauteur de vue la légion de Guy Fawkes. Les sites de streaming et de torrent tombent les uns à la suite des autres, alors que les portails de l’administration américaine ont été rapidement rétablis.

Belle compensation, les projets de loi SOPA-PIPA ont été mis en sommeil après le recul du sénat américain. Mais le répit a été de courte durée. Voila qu’une nouvelle proposition de loi, CISPA, se faufile jusqu’à nos navigateurs en catimini. Une mutation plus perverse et coriace des versions précédentes. Ce texte prévoit au bas mot de donner l’autorisation légale aux net-entreprises de collecter les données personnelles des internautes et de les refourguer au gouvernement au nom de la sécurité des Etats-Unis.

Autant dire que l’affiche « Missing » que j’avais placardée sur tous les forums de l’internet moderne a été totalement inefficace. Il est clair que mon compte MegaUpload ne reviendra jamais. Désolé les gars, mais nous avons perdu.

anonymous Anonymous nest quun écran de fumée

Robins des fois

Si Anonymous se revendique comme défenseur de la liberté d’expression sur Internet, les internautes auront du mal à comprendre le rapport avec le hacking du Playstation Store perpétré il y a un an. Pour recontextualiser l’affaire, Anonymous s’était mobilisé pour prendre la défense du pirate GeoHot poursuivi par Sony. Il avait trouvé le moyen de lire des jeux hackés sur Playstation 3 et d’en faire commerce. Dans cette affaire, Anonymous à son corps défendant peut se targuer d’avoir conduit l’un des plus gros vol de données de l’histoire, et engendré plus d’un mois de blackout total du Playstation Network.

Pendant ce temps, j’ai aligné zéro frag sur Uncharted, et résolu aucune salle de tests du coop de Portal 2. Sans oublier de vérifier quotidiennement si mon compte en banque n’avait pas été soulagé de plusieurs centaines d’euros, mais ce n’est qu’un détail.

Face à la broncha des utilisateurs, Anonymous avait esquissé un début de mea culpa : « Nous avons réalisé que viser le PSN n’est pas une bonne idée. Nous avons temporairement suspendu notre action [...] et nous allons nous efforcer de ne pas affecter les joueurs, ce qui serait contraire au but de nos actions. » Ici réside tout le paradoxe d’Anonymous : le groupe d’hacktivistes porte en son sein les racines de l’échec : sans visage donc faillible à l’imposture et au plagiat,  sans direction donc dissipé dans la conduite et le suivi de ses objectifs.

Après avoir essuyé de lourdes pertes (1,5 milliards de dollars), Sony s’est bien remis de la « perturbation » en annonçant récemment que Journey, jeu à peine sorti sur le PSN, était la plus grosse vente depuis le lancement du service. On apprenais également hier que la dématérialisation poussait le circuit de distribution physique vers le précipice avec 25 % de baisse des ventes sur le premier trimestre 2012.  Une belle convalescence.

Beyond The Troll

Anonymous est une marée qui déferle sur la grève mais se retire six heures plus tard. Anonymous est un chien fou qui saute à la gorge d’un passant et le relâche aussitôt parce que quelqu’un vient de lancer un bâton à proximité. L’internet chinois, le cartel de drogue mexicain Los Zetas, l’église de scientologie française, la Hadopi, les majors américaines… Leur message se noie dans des interventions incessantes et hétéroclites. Ouvert à toutes les contradictions, le collectif est brillant dans la contestation mais trop dissipé et intangible pour peser un poids réel dans des prises de décisions. Ici se dessinent les limites de leur action sous les traits d’un masque de Guy Fawkes.

Inscrivez-vous à la newsletter de Web & Tech

3 réponses à Anonymous n’est qu’un écran de fumée

  1. PandaTroll 18 avril 2012 à 18 h 50

    « Beyond The Troll »Tout est dit !

    Répondre
  2. Julie 19 avril 2012 à 10 h 54

    Et vous ne pensez pas que ce problème d’organisation peut également venir du fait que Lulzsec s’est fait arrêter en Juin et que l’ensemble des membres du groupe à été arrêté le 6 mars 2012 ?

    Répondre
  3. Maxime 19 avril 2012 à 11 h 26

    Non! Cet article traite d’Anonymous et non de Lulzec. Sur l’affaire PSN, les membres de Lulzsec à l’origine du hack, ont effectivement été arrété. Lulzsec, c’est 6 personnes et Anonymous… une légion!  Anonymous a revendiqué tardivement  son implication et ont décidé arbitrairement de passer à autre chose.  En ce qui concerne l’organisation en elle même, cela ne change rien. Il suffit de voir comment Anonymous s’est rétracté après avoir menacé le cartel mexicain Los Zeitas de divulguer une liste de ses membres. 

    Répondre

Postez un commentaire