A la découverte d’Open Street Map

Qui aurait cru que Google Map aurait un concurrent un jour ? Peut-être personne mais le concurrent existe bel et bien et se nomme : Open Street Map.

OpenStreetMap A la découverte d’Open Street Map

Il s’agit d’un projet de cartographie du monde lancé en 2004 et comme son nom l’indique ‘‘Open’’ basé sur le volontariat et s’appuie sur les contributions des internautes, comme dans tous projets Open source. Des outils d’édition sont mis à disposition des internautes pour réaliser en ligne des cartes en se basant sur un fond d’images satellitaire. Mais, ces images satellitaires ne couvrent pas toujours en haute résolution l’ensemble du globe. C’est de là qu’est né la possibilité d’introduire des données provenant de récepteurs GPS. Pour ce faire, en mode enregistrement Il suffit de réaliser un chemin et ensuite de le transférer sur le serveur de données d’Open Street Map. Les données d’ Open Street Map sont disponibles sous licence Creative Common (CC). Une transition vers la licence ODbL (Open Database License) prévue pour avril 2012.

Il est important de comprendre l’objectif des licences car elles évitent des problèmes judiciaire par la suite. Les licences Creative Common garantissent à la fois la protection des droits de l’auteur d’une œuvre artistique et la libre circulation du contenu culturel de cette œuvre, ceci afin de permettre aux auteurs de contribuer à un patrimoine d’œuvres accessibles dans le « domaine public » alors que les licences ODbL non reconnue par CC permettent à chacun d’exploiter publiquement, commercialement ou non, des bases de données; à condition néanmoins de maintenir la licence sur la base de données, et éventuellement, sur les modifications qui y sont apportées, et de mentionner expressément l’usage, s’il génère des créations à partir de celles‐ci.

OpenStreetMap Newyork A la découverte d’Open Street Map

Qu’est-ce qui a poussé Steve Coast à créer un projet de cette envergure ? Tout est parti d’un constat. En effet, l’agence cartographique de son pays à Londres : l’ ordonnance Survey élabore des cartes et bénéficie du financement de ses utilisateurs et de certains contribuables. Malgré cette aide l’agence vend ces cartes à des fins personnelles, ce qui n’a pas plu à Steve Coast ; c’est à partir de ce moment qu’est né son projet. Le choix de l’open est aussi né de là. Depuis lors, il est devenu très célèbre et d’ailleurs Apple l’a choisi pour la prochaine version de son application iPhoto pour iPad à la place de Google Maps, ce qui l’éviterait ainsi des charges financières. Apple s’oriente ainsi vers une solution libre, gratuite et basée sur les apports des contributeurs. Le service de cartographie Open Street Map vient d’être intégré à Foursquare. Foursquare est un outil de réseau social, de jeu et de micro blogging qui permet à un membre de donner sa géolocalisation. Le choix d’ Open Street Map par Foursquare et  Apple sont dus à la nouvelle politique de Google qui, facture l ‘usage de son service pour les professionnels depuis le 1er octobre 2011. L’utilisation d’Open Street Map par Apple et Foursquare offrira non seulement de faire connaitre le projet dans le monde entier et comme l’espère la fondation mère augmentera le nombre de contributeurs.

Mais Google attire les foudres d’Open Street Map depuis un certain temps ce qui explique son mécontentement car des adresses IP provenant de Google ont été repérées dans leur système. Depuis jeudi dernier deux comptes auraient été détectés, modifiant, entre autres, les cartes des villes de Londres et New York. En revenant sur les logs de connexions, l’équipe d’OSM affirme : « ces douze derniers mois nous avons eu 102 connexions sur OSM utilisant au moins 17 comptes provenant d’adresses IP de Google ». Le président fondateur d’ Open Street Map est vraiment dépassé par cette découverte car Google a participé activement au projet d’Open Street map sous forme de dons. Face à ces accusations, Google dit mener actuellement une enquête interne

Inscrivez-vous à la newsletter de Web & Tech

Postez un commentaire